décembre 07, 2014

Lettre ouverte à cette dame impolie.

Il y a quelques mois, j'ai été confrontée à un événement assez particulier, unique à vrai dire, rien de semblable ne m'était arrivé auparavant et ne s'est reproduit par la suite. J'étais en heure de table, je marchais tranquillement dans la rue espérant trouver quelque chose à grignoter avant la fin de ma pause. Il y a avait du monde, c'était à Bruxelles à 14h, les gens affluaient de partout, comme toujours. Je portais des bas collants noirs opaques et un short noir taille haute (qu'on pourrait confondre avec une jupe, vu de devant). Un mini-short taille haute sur des collants opaques pour résumer. Et sans le voir venir, une petite dame qui marchait derrière moi en compagnie de sa fille, probablement un rien plus jeune que moi, a tout bonnement lâché sans honte et avec mépris un :

"Vous devriez porter des choses plus longues".


Sans même me regarder dans les yeux, dans mon DOS. Sur le moment, j'étais tout simplement abasourdie par la situation et je n'ai pu répondre qu'un "Pardon ?!" qui, bien sûr, est resté sans réponse, juste un sourire moqueur de la part de sa fille.

Sachez, Madame, que vous êtes tombée sur une fille qui a eu énormément de mal à commencer à accepter son corps et que ces paroles qui vous semblaient surement "en l'air" ont juste eu les conséquences d'une bombe atomique dans ma tête.

Ma confiance en moi-même est déjà très facile à chambouler de base, il est simple de réussir à semer le doute dans mes pensées quand on commence à parler de mon apparence, surtout quand ça vient d'une totale inconnue qui pourrait être ma mère. Voyez-vous, j'ai vite remis ce petit short en question : auriez-vous, pendant une seconde, eu raison ? Est-ce que mes petites jambes qui constituent mon mètre cinquante-neuf doivent être absolument cachées pour ne pas choquer les gens qui m'entourent ? Est-ce que je frôle l'indécence ? Suis-je vulgaire ? 

Eh bien Madame, après avoir posé la question à mes proches, à mes connaissances du travail (oui, jusque là), je peux vous répondre avec toute l'assurance nécessaire : Non, il n'était question de rien de tout ça. Vous n'aviez juste pas envie de voir les jambes d'une fille qui a des rondeurs.

Seulement, j'ai continué à me poser des questions, sur vous plus particulièrement… Est-ce que vous dites toujours tout haut et bien fort ce qui vous dérange chez les autres ? "Vous devriez arrêter de vous teindre les cheveux en rouges!", "Vous devriez vous mettre un peu au soleil!", "Vous devriez arrêter de manger cette gaufre!". En fait, est-ce que vous vous souciez de l'impact que pourraient avoir vos remarques déplacées ? Ou l'oubliez-vous deux minutes après ?

D'ailleurs, que pensez-vous de ces garçons qui lancent exactement ce genre de remarques aux filles dans la rue ? Nous nous battons toutes contre ce genre de comportement, nous le vivons péniblement quasi quotidiennement et vous, qui faites partie de la génération de nos parents, de ceux qui nous élèvent et nous éduquent, reproduisez e-xa-cte-ment le même schéma. Les femmes se sont battues pendant des années pour avoir le DROIT de montrer leurs jambes, pourquoi vouloir faire marche-arrière ?

Aujourd'hui, j'ai pris le temps de méditer la dessus, j'ai abandonné l'idée d'adorer vous voir passer sous un bus (parce que sinon, vous allez dire que je suis méchante, moi aussi) et je me suis rendue compte que je n'avais absolument pas à prendre vos paroles en considération, que mon corps, qui a subi mille régimes et qui fait du sport à ne pas en finir, a tout à fait le droit d'être montré sous une paire de collants opaques. Et que d'ailleurs, toutes les autres personnes que vous avez du blesser ont bien raison d'assumer leur corps, de se sentir belles/beaux : d'être heureux.


J'espère, au final, que vous y pensez, de temps en temps. Qu'un jour, vous comprendrez que ça ne se fait pas de cette façon, que si on veut aider quelqu'un en donnant un petit avis, on ne le fait pas en le disant dans son dos. Ou alors, si vous tenez vraiment à extérioriser cette méchanceté, faite-le discrètement, gardez-le pour vous et ceux qui partagent votre avis. Qui sait, peut-être que ça vous changera un petit peu.


novembre 02, 2014

Silk foundation, la découverte.

Me revoilàààààà ! Oui, cette installation internet a duré une éternité. Mais tout est arrangé, je peux à nouveau bloguer coincée dans le fond de mon lit. Tu as peut-être remarqué aussi que c'est un peu fort aéré ici, c'est parce que je suis en train de travailler sur le nouveau design. Et vu que je sais pas trop ce que je veux, bah je change des trucs par-ci et par-là, ça risque de bouger ces prochains jours.

Soit.

On va pouvoir parler de trucs de fiiiiiiilleeess, de vernis, de poudres et de paillettes ! Et aujourd'hui, ca va être un produit qui a été un coup de coeur fatal (oui, Fatal, tu ne rêves pas) pour moi.

Le fond de teint liquide de Zao "Silk foundation"


Alors, bon là, tu vas pas pouvoir aller checker tout de suite (et je m'en excuse), mais j'avais déjà parler de leur fond de teint en poudre libre il y a quelques semaines que je l'avais tout simplement adoré. Mais en hiver, avec ma peau sensible et sèche, j'abandonne même l'idée d'appliquer un fond de teint en poudre. Et c'est le même combat chaque hiver depuis trois ans : je me suis mise à la recherche d'un bon fond de teint liquide.



Ma peau.
Est chiante. Pâle, qui a tendance a prendre des couleurs dès qu'il y a quelques rayons de soleil. Sèche et pas vraiment dotées de grosses imperfections (quelques points noirs sur le nez, hein).
Ps : je suis fumeuse, j'oublie souvent de le dire, mais ça a tendance à rendre le teint grisâtre et moche (je sais, c'est mal, je sais je sais).



Ce que je cherchais.
Un produit qui me permettrait d'avoir une bonne mine et un teint lumineux. Je n'ai pas besoin d'une couvrance extrême, je fuis les fonds fond de teint qui font des peaux "lisses, parfaites et absolument pas naturelles". Si possible, j'évite le silicone qui bouche violemment mes pores (la différence avec ou sans silicone sur mon visage est assez surprenante !). Le bio et le non-testé sur les animaux sont préférables.

Ce que j'ai trouvé :
Exactement ce que je cherchais, oui oui.

Le fond de teint Zao se présente sous la forme d'un petit pot en verre (très épais) orné d'un (magnifique) bouchon en bambou. Quand on le dévisse, on trouve une petite spatule reliée directement au bouchon : de quoi appliquer une noix de fond de teint sur le dos de sa paume et donc éviter d'y mettre ses doigts.


Il contient de l'hydrolat de bambou (hydratant et apaisant), de l'huile d'amande douce (aide à prévenir contre les rides), du jojoba (protège la peau contre la déshydratation) et du karité (nourrissant).

Au niveau de l'application, c'est très simple. Étant donné qu'il ne contient pas de silicone, il n'est pas nécessaire de le chauffer avant de le poser. Le plus simple reste les doigts. J'ai tenté les pinceaux plats et compagnie, le résultat est quasi identique (je suis une flemmarde, hein).

En ce qui concerne le rendu, c'est... Le mieux que j'ai connu jusqu'à aujourd'hui ! Je ne le sens pas, c'est à peine s'il a besoin de "sécher". Ma peau ne tiraille pas de la journée, elle reste hydratée et nourrie jusqu'au soir. Et puis surtout, j'ai un teint lumineux et unifié comme il le faut. Ça faisait TRÈS longtemps que je n'avais plus vu ma peau dans cet état.


Sa tenue est irréprochable, il ne bouge quasi pas jusqu'au soir. Un bonheur.

Son prix est de -je pense- 28€, ce qui, certes, fait assez peur pour un fond de teint (bien que les marques de luxe font bien plus exploser leurs prix) mais il est rechargeable ! La recharge coûte aux alentours des 14€ !

Je ne peux que le conseiller au monde entier. De plus, il convient à tout les types de peau. Si vous chercher un fond de teint léger, naturel, bio, non-testé sur les animaux, agréable et un minimum écologique : foncez !



juillet 13, 2014

Dimanche treize, minuit et demi.

Le retouuuuuuuuuuur !

Banana-Coffee était l'espace que j'ai créé lorsque tout a commencé a être désordonné dans ma vie. Et c'est allé crescendo. Maintenant ça va bien mieux. Tout commence à rentrer dans l'ordre. Alors j'ai décidé de revenir en territoire connu et de re-installer mes petites habitudes sur MLVRDN. J'aime bien écrire, j'aime bien bloguer. Et même si j'ai essayé de m'en dissuader pendant un moment, j'ai bien du me rendre à l'évidence : j'ai besoin de m'évader un moment, de lâcher la pression et de m'abandonner à des choses que beaucoup de gens qualifient comme futiles mais que j'adore.

J'ai envie de mettre de la fraicheur et de la bonne humeur par ici ! J'ai envie de plein de choses. J'ai envie de prendre le temps pour venir ici malgré tout le reste : je sais que ça ne peut être que positif pour moi.    

Alors si cette fois ça ne fonctionne pas, ça ne fonctionnera surement plus jamais. On croise les doigts !